BOXLAND CLUB ISLOIS : site officiel du club de foot de L ISLE SUR LA SORGUE - footeo

La bière d’après match

7 juillet 2014 - 17:41

La bière d’après match est-elle si bonne que ça?

Quel sportif n’a pas déjà entendu dire « boire une bonne bière après le sport, il n’y a rien de tel » et combien d’équipes voient dans cette dégustation chaleureuse le saint Graal récompensant les efforts fournis pendant un match ? Souvent incontournable pour de nombreux sportifs amateurs, la bière d’après match ne rime en réalité pas vraiment avec performance et récupération ! Quel est donc l’effet d’une bière sur l’organisme après un effort ?  Quel est son impact sur la récupération et quel est son intérêt nutritionnel ?

Erwann Menthéour, créateur de la méthode Fitnext nous livre son avis d’expert sur le sujet et nous explique en quoi la bière n’est pas le complément idéal après une performance physique.

 

1) La bière ne favorise pas la réhydratation

La plupart du temps, un sportif termine son effort déshydraté avec des différences selon la durée, l’intensité de l’effort et selon les possibilités qu’il a eues de se réhydrater au cours de sa session (Il est fortement recommandé de s’hydrater en début de séance pour ne pas atteindre la phase de déshydratation pendant l’effort). Par conséquent, après chaque séance de sport, la réhydratation est primordiale pour l’organisme. Une déshydratation passagère n’est pas catastrophique en soi, mais il ne faut pas qu’elle s’accumule et s’amplifie progressivement.

Il s’avère que la bière, boisson alcoolisée pour rappel, va à l’inverse de l’objectif de réhydratation car elle possède un effet diurétique, c’est-à-dire qu’elle favorise la sécrétion urinaire (Vous l’avez certainement constaté en passant votre temps aux toilettes après avoir bu une bière ou deux : on élimine une quantité de liquide très importante !). En réalité, l’alcool contenu dans la bière va entraîner une augmentation de la production d’hormones, qui vont accélérer le fonctionnement des reins, dont la fonction principale est de favoriser l’élimination par les urines. La bière (ou les bières) va donc accentuer la déshydratation de l’organisme. Mauvais point donc pour la bière, et pour l’alcool en général, qui nuit malheureusement à la phase de réhydratation nécessaire après un effort.

 

2) La bière ralentit le fonctionnement du foie

L’un des rôles du foie est de traiter les produits « toxiques » comme les médicaments, les polluants ou encore l’alcool et d’éviter qu’ils s’accumulent et perturbent le bon fonctionnement de l’organisme. L’alcool de la bière va donc davantage faire travailler le foie et ralentir l’évacuation des déchets produits pendant l’effort. Et ce travail a un coup énergétique important : une surcharge hépatique entraine souvent une grande fatigue…ce qui est peu compatible avec la pratique du sport !

3) La bière nuit à la reconstitution de l’organisme

Après un effort, il est impératif de reconstituer les réserves du tissu musculaire qui ont été en grande partie vidées pendant la séance. Dans les minutes qui suivent un effort le corps est particulièrement avide et réceptif à ce qui est consommé. Plus les minutes passent et plus cette réceptivité diminue, d’où l’importance de consommer immédiatement après l’effort des mets riches en « sucres ». Dans l’idéal, il est préconisé d’ingérer une banane mûre, des fruits secs, ou encore des pommes de terre car ces éléments, en plus d’être riches en sucres, permettent de lutter contre l’acidité produite lors de l’effort. Or l’acidité nuit au bon déroulement des nombreuses réactions qui se déroulent dans le corps.

Les plus farouches défenseurs de la bière pourront vous rétorquer que la bière contient des céréales (sucres), et qu’en cela elle contribue à l’objectif de restauration des réserves. Malheureusement la portion de céréales dans une bière de 33 cl est tellement faible que son apport reste anecdotique. A moins d’en consommer quatre ou cinq, mais dans ce cas cela est déconseillé pour les raisons que vous connaissez tous !

4) La bière stimule l’excitation

Enfin, il est important après une bonne séance de sport, surtout si elle a lieu le soir, de passer en mode « relax » et de basculer en mode récupération. Et là encore la bière ne marque pas beaucoup de points : il s’avère que la consommation d’alcool va au contraire exciter l’organisme, car elle stimule la production de dopamine (un excitant). Vous ne vous verrez pas boire un grand bol de café juste après votre match ? Et bien ce devrait être la même chose avec la bière, ou presque… De plus, la bière a la particularité de produire cet effet dès la première gorgée, c’est-à-dire avant même que l’alcool ne fasse son effet !

En conclusion, la bière n’est définitivement pas la boisson de récupération idéale, bien au contraire. Mais attention, il faut évaluer votre pratique sportive, car si vous n’êtes pas en quête de performances ultimes, rien ne vous empêche de consommer une bière après votre match ou votre footing. Sa consommation modérée ne nuira pas à votre santé et elle vous offrira certainement un plaisir partagé. En revanche, il est fortement recommandé d’ingurgiter une quantité importante d’eau et des produits riches en sucres et si possible « anti-acides ».

Nul besoin de vous donner bonne conscience lors de votre prochaine réunion d’après match en énumérant ces supposées « vertus », il vous suffit juste d’apprécier votre bière sans arrière-pensées et de passer un bon moment avec votre équipe !

Auteur de cet article, Erwann Menthéour est un ancien champion sportif, auteur et créateur de la méthode de coaching en ligne Fitnext (www.fitnext.com). Vous pouvez suivre ses nombreux conseils sur son site, et retrouvez la forme et la santé avec un programme personnalisé.

Commentaires

GUIDE DES SOINS ET SECOURS D'URGENCES

Parce que la santé nous concerne tous !
Comment préserver votre santé et celle de votre famille
et intervenir en cas d'accidents ?


Photo


Comment prévenir les accidents et, le cas échéant, comment réagir. Complet, clair et vivant, ce guide délivre, pas à pas, les précautions à prendre et les gestes de premiers secours à pratiquer en cas de survenue de l'accident. A mettre entre toutes les mains !

Chaque année, 10 000 vies pourraient être épargnées si une personne sur 5 connaissait les gestes d’urgence. Mais malheureusement, moins de 7 % des Français se forment chaque année aux premiers secours. Quels sont ces gestes qui sauvent ? Comment réagir face à un accident à la maison, au travail ou sur la route ? Un guide à lire d’urgence !

Ce guide des premiers soins de secours, récapitule de manière simple et concrète les gestes qui permettent de sauver des vies en attendant l’intervention des professionnels de l’urgence.

Alors que moins de 7 % des français  sont initiés à ces techniques, il s’avère que de nombreuses vies pourraient être sauvées si les gestes adaptés avaient été prodigués à la victime dans le laps de temps qui précède l’arrivée des secours.

Outil pédagogique, ce guide des premiers soins constitue un premier pas destiné à sensibiliser les familles à la nécessité d’apprendre les bonnes techniques et doit inciter tout un chacun à poursuivre la démarche en obtenant l’Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS).

Enfin, n’oublions pas que, selon les services d’urgence, 90 % des accidents domestiques, en particulier quand ils touchent des enfants, pourraient être évités par des mesures simples et accessibles à tous.

Venez voir ces documents et Video ICI